Une opération de fusion-acquisition n’est pas qu’une histoire de trésorerie, d’apports, de droit des sociétés, de passif, de fonds d’investissement, d’entreprises cibles et/ou d’actionnaires.

C’est pourquoi le Management de Transition peut intervenir avec pertinence et s’inscrire dans une démarche Fusacq (Fusion-Acquisition), que ce soit coté cédant ou coté acquéreur.

En effet, le rachat d’une entreprise est un de ces moments critiques, de ces caps stratégiques exceptionnels à passer, car ils requièrent beaucoup d’énergie pour mener à bien de telles opérations.

Voyons aujourd’hui comment l’intervention d’une mission en Management de Transition peut faciliter une opération de rachat soit avant, soit après, coté vendeur ou acheteur.

Côte vendeurs : gestion de pré-opérations de fusion acquisition

Avant le deal, il s’agit d’optimiser l’organisation et de la rationaliser pour le vendeur.

C’est le moment de régler définitivement les points durs. En bref, plus la cible est une « machine de guerre », plus la vente sera facile et le prix élevé (avec plus de concurrents pour l’acquisition).

En effet, l’absence de dysfonctionnements lourds, de dossiers un peu cachés, porteurs de futurs litiges de provisions pour pertes, ou de passifs conséquents rassurera une société absorbante.

De plus, lors d’une absorption, une organisation et des process transparents lui permettent de plus facilement analyser la création de valeur ajoutée de la société cible.

Last but not least : une société absorbée bien organisée et en ordre de marche s’intègre d’autant plus facilement dans l’organisation absorbante.

Une mission de Management de Transition menée avant de commencer le processus de cession est donc susceptible de faciliter la vente et de maximiser le prix.

Exemple d’une opération de fusion-acquisition réussie pour les vendeurs

Nous venons de terminer une mission de Direction Générale de transition pour un groupe Ivoirien qui est en route pour changer de dimension (passe de 40 Me de CA à plus de 60 en un an !).

La mission Actiss a permis à notre client de devenir une entreprise qui répond à des standards internationaux de gestion largement partagés que l’on retrouve dans des grands groupes (reportings mensuels, audit systématique, process formalisés, organisation et rituels de gouvernance…).

A périmètre et activité constante, leadership et organisation ont augmenté l’attractivité de ce groupe, plaçant ses dirigeants en position favorable dans la négociation avec un potentiel partenaire sud-africain.

Côté acquéreurs : gestion d’une pré-acquisition

Côté acheteur, avant le deal, c’est un peu la même chose.

Réaliser une mission de Management de Transition :

  • Simplifie l’organisation.
  • Instaure une bonne dose d’excellence opérationnelle.
  • Élimine, ou au moins circonscrit les maillons faibles.
  • Et met l’entreprise en meilleure position avant de se faire racheter.

Mener à bien une mission de Management de Transition pré-acquisition permet de simplifier les opérations de fusions acquisitions. Pourquoi ? Parce qu’être une organisation transparente, très efficace, voire lean, facilitera l’intégration de la cible en créant moins de points de blocage et en facilitant les synergies.

Mais qu’en est-il de la post-acquisition ?

Management de transition et gestion d’une post-acquisition

Ce que l’on constate souvent dans notre métier, c’est que les dysfonctionnements, les fusions qui n’avancent pas, ne se révèlent pas immédiatement mais un ou deux ans après le deal.

En post-acquisition, il peut être nécessaire de faire appel à une solution de Management de Transition pour prendre en charge la résolution d’un point dur.

C’est ainsi que nous avons pris en charge la fermeture d’un des sites d’une entreprise française du secteur Cosmétique après son rachat par un groupe américain, ainsi que le transfert de la production vers deux autres sites en France.

Cette restructuration avait été décidée pendant le deal. Actiss l’a mise en œuvre, permettant au groupe de se concentrer sur d’autres aspects de la fusion.

C’est ainsi que nous avons dû intervenir à la DRH de cette ESN (entreprise de service numérique) filiale d’un groupe international qui continuait à être un empilement de 3 rachats, intervenus quelques années auparavant.

Par la rationalisation des accords d’entreprise, par l’organisation des circuits d’information RH, Actiss a fini de fusionner les entités pour n’en faire qu’une seule. Mais c’est surtout le leadership du manager de transition qui a permis de faire évoluer la situation. Dans les esprits, avant la mission, chacun restait rattaché à son ancienne entité. Une scission s’était clairement établie.

Après la mission, chacun se sentait partie prenante de la nouvelle. Nous avions réussi à construire une réelle synergie.

Fusion acquisition et management de transition

Bénéfices d’une mission de transition lors d’une opération de fusion acquisition

Le mieux est toujours de confier très en amont à une entreprise de Management de Transition le projet d’intégration et de rapprochement.

Bien évidemment, une fusion-acquisition mobilise la totalité des équipes des deux entités.

Mais c’est pour cela que l’animation du projet peut être confiée à des cabinets de Management de Transition comme Actiss, qui sauront piloter les opérations de fusion menées par les équipes internes et les consultants qui ne manquent pas d’intervenir dans ce type d’opérations.

C’est une façon de faire avancer les dossiers, d’éteindre les conflits qui pourraient naître d’incompréhensions, de quiproquo, bref un moyen de délivrer plus vite et en toute transparence.

En définitive plus tôt les acteurs de la fusion et de l’acquisition d’une entreprise recourent à une mission de Management de Transition, plus le bénéfice pour chacun est important.