Y a-t-il une spécificité en management de transition sur la fonction Directeur Général de transition ? La plupart des missions de management de transition sont sur des fonctions de DAF, DRH, Directions Industrielles (source de la Fédération Nationale France Transition).

Mais il existe toujours une fine tranche de missions stratégiques qui requièrent une spécialisation en Direction Générale.

Le profil d’un Directeur de transition est d’abord celui de tout manager de transition : savoir se vendre, empathie, adaptabilité, réactivité, intuition, flexibilité, surdimensionnement.

Bref, il faut avoir choisi ce métier et le connaître, car un cursus seul ne suffit pas.

Le métier de Directeur de transition : zoom sur des cadres-dirigeants « hors-normes »

La fonction de Directeur Général est plus large, et les enjeux plus généraux qu’un Directeur présent au Comité de Direction. Autant on sait ce que fait un DAF, un DRH, quel que soit le secteur d’activité et la taille de l’entreprise, autant c’est plus diversifié pour un Directeur Général.

Directeur Général de transition : des spécialistes du management avec des expertises variées

Un DG peut être un patron de BU et diriger 5 personnes, c’est alors avant tout un Directeur Commercial et Marketing. Il peut diriger une filiale industrielle, auquel cas il sera plutôt un « super directeur industriel ».

Il peut également, dans une organisation matricielle, diriger une division produit. Il sera alors en charge du marketing, de la R&D, de la qualité, du Service Client, et même peut-être des Ressources Humaines. 

Il peut aussi être DG redresseur d’entreprise.

Que de profils variés selon le secteur d’activité et les différents contextes sous un même vocable : directeur de transition.

Points communs des Directeurs de transition

  1. Ils/elles ont tous eu un premier métier -Directeur Commercial et Marketing, Directeur Marketing, DAF – avant d’avoir une responsabilité globale. Et ceci imprime souvent leur profil de DG.
  2. Ils sont tous à minima responsables de leur P&L, c’est-à-dire, ils ont une responsabilité globale qui se traduit par un P&L complet de leur activité (même si ce P&L est in fine consolidé dans un groupe ou une entité têtière).
  3. On recherche chez eux une technicité certes et une grande adaptabilité, mais avant tout une capacité à diriger et délivrer des résultats globaux, dans une position de N°1. C’est quelque chose d’être le N°1. Un N°1 est quelqu’un qui doit décider seul et qui est seul comptable, in fine, de ses décisions.

Vision des dirigeants et fonctions de direction de transition : un métier à part

Un N°2 (Directeur Administratif et Financier, Directeur Industriel…) décide bien sûr, mais souvent sa décision est incluse dans une stratégie (et son plan d’action) – dont il est une partie. Ainsi, ses pairs et son N+1 valident sa décision.

Un N°1 n’a pas de N+1. Il a certes des actionnaires, un groupe, un marché, des clients…

Mais les décisions qu’il prend sont globales et ne sont pas validées par autre que lui. (Les actionnaires et dirigeants de groupes donnent des orientations mais ne valident pas des décisions).

C’est quelque chose d’être N°1.

J’ai l’habitude caricaturer la vie du N°1 : au-dessus on lui demande « Qu’est-ce que tu fais ? » voire « qu’est-ce que tu fous ? », et au-dessous c’est plutôt « Chef, on fait quoi ? ». Il faut donc une sacrée dose d’autonomie, de maturité, pour être capable d’être debout, de décider, d’assumer.

Aujourd’hui le N°1 n’est plus le leader autoritaire qui sait tout. Il doit être un animateur qui assume, décide et prend de lourdes responsabilités.

Un cabinet de management de transition cherche tout cela chez un Directeur de transition :

  • Technicité.
  • Connaissance du secteur.
  • Mais surtout leadership bienveillant (mais ferme).

Directeur de transition

Critères de choix d’un Directeur de Transition 

Les Directeurs de transition Actiss sont des cadres expérimentés qui travaillent en étroite collaboration avec notre entreprise de management de transition lors des missions de management qui nous sont confiées.

Et nos critères de choix sont spécifiques pour chacun de nos Directeurs de transition :

  • Premier métier qui doit coller aux enjeux avec une expérience professionnelle solide (direction financière, fusions, fusion acquisition, transformation digitale, situation de crise, restructuration, conduite du changement…)
  • Une patine secteur pour être immédiatement opérationnel afin d’intervenir au pied levé sur une mission auprès d’une entreprise (une PME, une filiale ou de grands groupes) en pleine transition
  • Un style de leadership, avec un excellent relationnel
  • Capacité à prendre un mandat social éventuel et à piloter un projet de transformation et superviser tout type de projet d’envergure avec un regard neuf